RYTHME 21 #1 : résidence à Césaré

résidence à Césaré – Centre National de Création – à Reims, du 6 au 11 juin 2011.

Hervé Birolini + Mathieu Chamagne + Aurore Gruel

Dans cette première étape de travail à Césaré, nous avons expérimenté principalement le mouvement comme donnée commune à la musique et à la danse. L’impulsion première nous est venu des différent modes d’interactions que nous avons pu expérimenter dans nos pratiques respectives.  A l’image du film muet « Rythmus 21 » de Hans Richter, qui composait lui-même en conjuguant le mouvement et le temps dans une partition cinématographique, nous avons souhaité confronter nos modes d ‘écritures, formant ainsi une partition de gestes et de sons. Lors de cette semaine de travail, s’élabore un espace commun, dans lequel chaque frémissements s’impacte.

RYTHME 21 : TROIS COMPOSANTS (2+1) / DEUX MUSICIENS ET UNE DANSEUSE.

A l’image du film muet « Rythme 21 » de Hans Richter, qui composait lui-même en conjuguant le mouvement et le temps dans une partition cinématographique, nous avons souhaité confronter nos modes d’écritures, à l’intérieur d’un instrument commun, une lutherie numérique en fabrication.

Celle-ci est composée :
De dispositifs de captations de gestes et de positions :
– L’une à travers la captation frontale réduite au squelette productrice de la parition sonore en temps reel. Le corps dansant devient une tête de lecture avec plusieurs modes de composition à expérimenter et développer pour élaborer une partition musicale et dansée complètement interactives.
– L’autre à travers une captation du dessus où le corps est vu comme une forme sur un plan et peut manipuler des objets projetés sur le sol soumis à des modèles physiques.

D’un espace de projections (musical visuel chorégraphique) :

– L’espace scénique pressenti est un rectangle blanc, un de ses côtés est reservé à la présence des musiciens, les trois autres sont réserves au public (espace trifrontal).

D’un système multiphonique élaboré, autour de deux ordinateurs qui scrutent la danse de deux manières différentes.

 

 

 

MMF-Fantastick

MMF-Fantastick : Max Multitouch Framework for Fantastick on iPad, iPhone & iPod-touch

I’m happy to share this « framework » for Max & Fantastick.
(Fantastick is a free app for iPad, iPhone & iPod-touch : http://pinktwins.com/fantastick/ )

MMF-Fantastick is an extension of MMF (Max Multitouch Framework) : a set of abstractions to control max user interface directly within a multitouch screen.

MMF-Fantastick will draw on your iDevice (in Fantastick) a copy of all UI objects of your Max patch, and let you control them directly from the multitouch screen of your device.
It’s really easy to configure, fast, bi-directionnal.. and free !

have a look at this video :

– first, install and configure Fantastick on your iPad (http://pinktwins.com/fantastick/ )
(test it with the maxhelp patch)
– download & install MMF-Fantastick from http://code.google.com/p/mmf/downloads/list
(copy it anywhere in your max search path)
– open MMF-Fantastick_template.maxpat

(Fantastick works much better with an ad-hoc WIFI network, without WEP encryption)

Tiktaalik

Tiktaalik, premier texte théâtral d’Anne Calife, romancière vivant en Lorraine, propose à travers un univers oscillant entre rêve et réalité, une refléxion sur le réchauffement de la planète et ses conséquences.
Chris, l’exploratrice, doit retrouver le fossile du Tiktaalik, ce fameux chaînon manquant qui aurait permis la transition entre poissons et reptiles. Sur sa carte figure tous les animaux réels et imaginaires. Chris débarque au Groenland et découvre Inuite. Pour se comprendre, il leur faudra recourir à un autre moyen de communication, celui de la danse. Mais peu à peu la température se réchauffe….
Spectacle onirique, entre rêve et réalité, Tiktaalik nous fait partager d’autres formes de dialogue où Inuite danse, virevolte, tourbillonne autour de Chris créant un maillage dans lequel viennent s’inscrire les mots. Un échange texte-danse, texte-sons, texte-rêve…


texte de Anne Calife mise en scène Marie-Noëlle Brun, Cie Vents d’Est avec Cynthia Phung-Ngoc (Inuite) Sylvie Amato (Chris) création sonore, traitement du son en temps réel, spatialisation Mathieu Chamagne scénographie Thierry Devaux création lumière Olivier Irthum costumes Cathy Roulle crédit photo Patrick Wagnon