Apertures

INSTALLATION SONORE ET VISUELLE INTERACTIVE

UNE SCULPTURE SONORE À EXPLORER

Apertures est une sculpture sonore interactive invisible et impalpable… à découvrir et explorer par le geste et l’écoute.
Trois cadres suspendus, comme trois fenêtres ouvertes, offrent autant de points de vue différents sur un même paysage sonore à visiter.
Dans cet espace de jeu musical collectif, le public est invité à constituer un trio interprétant une composition ouverte et interactive.
Apertures est un dispositif musical sensible et réactif, questionnant la frontière entre lutherie numérique et installation interactive.
Les gestes, jusqu’aux plus infimes, sont captés et interprétés pour moduler et pétrir la matière sonore, révélant fragment par fragment une pièce électroacoustique à trois voix. Le visiteur est l’interprète, le geste est l’instrument, les sens du toucher et de la vue laissent place à l’écoute et à l’imagination…

> Le dispositif
Un espace de jeu et d’interaction est matérialisé par trois cadres suspendus disposés en triangle. Trois fenêtres se faisant face, ouvrant sur un même paysage invisible, trois tableaux intangibles à explorer…
Chaque cadre est une porte d’entrée, une ouverture (« Aperture ») invitant à visiter cet univers immatériel. Les cadres définissent les limites d’un volume dans lequel les mains et les doigts sont captés, les gestes sont analysés et interprétés, pour entrer en interaction avec un paysage d’objets sonores virtuels.
Seuls les cadres et les mains des instrumentistes sont rendus visibles par des jeux de lumières réagissant aux gestes captés et aux sons produits.
Une déambulation dans une pièce électroacoustique dont le visiteur est à la fois auditeur, spectateur et interprète.

> Du geste à l’écoute Apertures propose une expérience de jeu musical dans laquelle l’instrument aurait disparu… Pas d’interface, pas d’instrument visible, le geste instrumental est déconnecté de tout support ou contact matériel et physique. C’est aux visiteurs de découvrir et inventer les gestes qui créent la musique. …et si les sens du toucher et de la vue étaient remplacés par… l’ouïe ? Essayons de relier directement le geste à l’oreille en plongeant les mains dans un univers invisible dans lequel le geste est l’instrument. L’action du visiteur n’est pas simplement de déclencher des sons, mais bien de jouer d’un instrument pour créer sa propre musique. Ce dispositif, en apparence très simple, ne nécessite pas de mode d’emploi. La « courbe d’apprentissage » est très rapide : chaque geste créé du son. Mais les possibilités et variations sont immenses. D’abord curieux, exploratoire, le geste devient naturellement instrumental. Chaque mouvement, même infime, capté jusqu’au bout des doigts, module et pétrit le son. Les modes d’interaction et les matériaux sonores sont extrêmement variés et contrastés, invitant chacun à façonner ses propres modes de jeu. Il ne s’agit pas tant d’apprendre à jouer d’un instrument, mais plutôt d’inventer ses propres gestes musicaux en se laissant guider par l’écoute et le jeu collectif.

“Procédés interactifs multimédia appliqués au spectacle vivant” CCAM 2012

PROCÉDÉS INTERACTIFS MULTIMÉDIA APPLIQUÉS AU SPECTACLE VIVANT
(formation à Max/MSP/Jitter)

avec Mathieu Chamagne

Dates : du 1er au 5 octobre et du 22 au 26 octobre (10 jours)
de 9h30 à 13h et de 14h à 17h30

Lieu : CCAM – Vandœuvre-lès-Nancy Places : 6

http://www.spectacle-vivant-lorraine.com/site/medias/_pdfs/stages/PRF_12/Artistique/Procedes_interactifs.pdf Lire la suite

»crosslinked«

Le poème de la rupture

Spectacle interactif

Le Poème de la fin est un long poème de rupture écrit par Marina Tsvétaïeva entre le 1er février et le 08 juin 1924. Le héros en est Konstantin Rodzevitch, jeune officier russe qui était aussi l’ami de son mari, dont elle s’éprend d’un amour fou à l’automne 1923, mais qui la décevra en quelques semaines. Leur rupture intervient fin décembre 1923. Sur le plateau, face à face, un corps vocal et un corps dansant en dialogue avec la figure masculine incarnée par le dispositif sonore. Les mots de Tsvétaïeva vacillent entre français et russe. Le public entoure cet espace quadriphonique où le jeu est en permanence sur le fil… Une instabilité qui provoque une tension basée sur l’écoute, à l’image de cette ultime promenade de l’homme et de la femme dans la nuit urbaine.

texte Marina Tsvétaïeva (Le Poème de la fin) / danse Aurore Gruel / voix Marie-Noëlle Brun / création et spatialisation sonores Mathieu Chamagne / lumière Olivier Irthum

production Cie Vents d’Est
coproduction CCAM-scène nationale de Vandœuvre, Cie Ormone
avec le soutien du Conseil Régional de Lorraine, Conseil Général de Meurthe et Moselle

création au CCAM-scène nationale de Vandœuvre en novembre 2011

dossier de presse

KEM

KEM* ou l’alchimie des sons

À l’occasion de la Fête de la Science, le GMEA présente une installation ludique et scénarisée, allégorie des processus chimiques : réaction/ transformation/ interaction modifient l’identité des particules ou molécules de matière.

Ici, les constituants de la matière sont des sons. Captés par une caméra infrarouge, les mouvements du public donnent l’énergie aux fluctuations sonores dont les comportements sont visualisés en image, c’est la réaction.
Les molécules sonores traversent alors des « nuages d’effets » qui transforment le timbre, la couleur, l’espace des sons : c’est la transformation.
Les girations cahotiques des « cellules de sons » impulsées par les modèles physiques provoquent des télescopages entre les molécules sonores qui bouleversent alors le paysage sonore entendu : c’est l’interaction.

conception & réalisation : Mathieu Chamagne
avec la participation de Théo de la Hogue, Julien Rabin, Thierry Besche et Benjamin Maumus.

Médiation : David Lataillade

Avec le soutien de Science Animation, VOA – Verrerie d’Albi et Le Pontié.

* Pour certain étymologistes, « Chimie » proviendrait de l’arabe al Kemi (littéralement « La Kemia », la chimie), venant du grec Khemeia (qui signifie magie noire), mot lui-même emprunté à l’Egyptien ancien « Kem », qui désigne la couleur noire.

Entrez sous la tente KEM, jouez avec les modèles physiques, plongez au cœur du magma, impulsez les molécules de son, fabriquez la matière et improvisez votre musique !

Cartographies sonores – GMEM

’Cartographies sonores’’ 

 

Journées européennes du patrimoine 2011 au GMEM – centre National de Création Musicale à Marseille, 17 & 18 septembre 2011

Dispositif interactif exploratoire
Avec MATHIEU CHAMAGNE, CHARLES BASCOU, HERVÉ BIROLINI, compositeurs et AURORE GRUEL, chorégraphe et danseuse.

Les mouvements des spectateurs sont captés et rentrent en interaction avec un espace cartographique virtuel projeté au sol.
Des objets visuels et sonores sont mis en activité par notre mobilité nous faisant ainsi entrer dans un espace de jeu corporel.
Le geste devient générateur de son et de sa projection dans l’espace… comme une mise en abîme entre le lieu et le corps, un voyage du son.

Ces explorations seront ponctuées/accompagnées par les concerts performances de Charles Bascou, Hervé Birolini, Mathieu Chamagne (électronique – objets – interfaces multitactiles) et Aurore Gruel (Danse).

Ils viendront augmenter et perturber ces espaces sonores avec leurs dispositifs électroniques, rentrant en résonance et amortissement avec cette déambulation.

 

Dans une première étape de travail réalisée à Césaré – Centre national de Création musicale de reims, Hervé Birolini, mathieu Chamagne et la danseuse aurore Gruel ont expérimenté le mou- vement comme donnée commune à la musique et à la danse.

 

Pour l’auditeur/spectateur, les projections vidéo des patchs (instruments informatique temps réel) donnent un sens visuel et musical à l’interprétation, la danseuse agissant comme une tête de lecture qui parcourt l’espace en trois dimensions. Les musiciens eux, influent ou prennent le contrôle de certains paramètres donnant une autre direction à la composition globale.

 

a l’image d’un instrument de musique classique qui nécessite du geste pour produire du son, Hervé, mathieu et Charles doivent imaginer le corps d’aurore Gruel habillé de capteurs invisibles pour faire musique, chacun de ses frémissements…


Fenêtre augmentée

Observatoire sensible  – installation interactive et curatoriat – Thierry Fournier

(Développement informatique fenêtre interactive : Mathieu Chamagne)

Fenêtre augmentée est présenté en avant-première dans le cadre du festival Futur en Seine, du 17 au 26 juin 2011. Il sera exposé au Centre Pompidou, en haut des escalators, au sixième étage, la Fenêtre pointant vers le quartier des Halles.

Fenêtre augmentée est un « observatoire sensible » : une exposition qui prend un paysage à la fois pour sujet et pour support. Quinze artistes et auteurs ont été invités à proposer une œuvre ou une intervention sur le paysage du quartier des Halles à Paris. Leurs contributions sont géolocalisées et consultées sur une fenêtre tactile orientée sur ce paysage, dont elle retransmet la vidéo en direct.

Artistes et auteurs : Céline Flécheux (philosophe), David Beytelmann (historien politique et philosophe), Pierre Carniaux (réalisateur), Benjamin Laurent Aman, Ivan Argote, Marie-Julie Bourgeois, Juliette Fontaine, Thierry Fournier, Marie Husson, Tomek Jarolim, Felicia Atkinson, Jean-François Robardet, Marcos Serrano, Antoine Schmitt (artistes plasticiens), Christelle Bakhache et Clément Feger (étudiants-chercheurs Sciences Po Medialab).  Commissariat d’exposition : Thierry Fournier avec Grégory Diguet et Jean-François Robardet.
Développement informatique fenêtre interactive : Mathieu Chamagne

Les 140 œuvres et contributions créées ont toutes pour point de départ le paysage lui-même ou les modalités de son observation : immersion, mise à distance, surveillance, etc. Les auteurs les ont postées en se déplaçant dans le quartier (avec une application Iphone créée pour le projet) ou par internet (via un site dédié). Géolocalisées, elles se superposent alors au paysage vu à travers la fenêtre :

Cette « fenêtre » est un écran tactile muni sur sa partie arrière d’une caméra qui filme le paysage en direct. En zoomant et en se déplaçant par le toucher dans la vidéo du paysage, le spectateur découvre progressivement les contributions des auteurs. Le choix d’un cadrage fixe et vertical, ainsi que le minimalisme de l’interface favorisent une découverte dans la profondeur, à travers une expérience sensible.

Fenêtre augmentée propose ainsi une représentation collective et prospective d’un paysage : des approches habituellement dissociées (art contemporain, sciences humaines, géographie) y sont déployées dans une perspective commune. La « réalité augmentée » n’est pas utilisée ici dans un sens informatif ou immersif, mais comme espace d’exposition et de coexistence de différents points de vue.

Une deuxième édition permanente est programmée en Région Languedoc-Roussillon, pour 2012.

Artistes et auteurs : œuvres et interventions

– Benjamin Laurent Aman : Football Season is Over, 2011
– Ivan Argote : Sans titre, 2010 (réédition) / Jobs, 2011
– Felicia Atkinson : Ardents Abris, 2011
– Christelle Bakhache et Clément Feger : Flux, prix et surveillance, 2011
– David Beytelmann : Interview, 2011
– Marie-Julie Bourgeois : Points chauds, 2011
– Pierre Carniaux : Vous êtes ici, 2011
– Céline Flécheux : Fenêtre et horizon (interview péripatéticienne), 2011
– Juliette Fontaine : Les Invisibles / J’ai rêvé la nuit verte / Nuages flottants, 2011
– Thierry Fournier : Panopticons / Fictionnalismes, 2011
– Marie Husson, Vertigo, 2011
– Tomek Jarolim, Monochromes, 2011
– Jean-François Robardet : The Belly Dancer, 2011
– Marcos Serrano, Direction home, 2011
– Antoine Schmitt, No-control Tower, 2011

Les biographies et sites des artistes sont accessibles sur le site du projet : www.fenetre-augmentee.net

Projet co-produit par la Région Ile de France & Cap Digital (lauréat appel à projets « Futur en Seine ») et par la Région Languedoc – Roussillon (lauréat appel à projet « Culture et TIC », qui donnera lieu à la création en 2012 d’une édition permanente de Fenêtre augmentée dans un site rural de montagne). Avec le concours du Medialab Sciences Po. Prototype co-développé dans le cadre de EnsadLab – Programme Drii – axe Surfaces Sensibles, École nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris.

En lien avec : HotspotA+L’Ombre d’un douteConférences du dehors, la revue Pandore Pandore – Voir également la page Crédits.

RYTHME 21 #1 : résidence à Césaré

résidence à Césaré – Centre National de Création – à Reims, du 6 au 11 juin 2011.

Hervé BiroliniMathieu ChamagneAurore Gruel

Dans cette première étape de travail à Césaré, nous avons expérimenté principalement le mouvement comme donnée commune à la musique et à la danse. L’impulsion première nous est venu des différent modes d’interactions que nous avons pu expérimenter dans nos pratiques respectives.  A l’image du film muet « Rythmus 21 » de Hans Richter, qui composait lui-même en conjuguant le mouvement et le temps dans une partition cinématographique, nous avons souhaité confronter nos modes d ‘écritures, formant ainsi une partition de gestes et de sons. Lors de cette semaine de travail, s’élabore un espace commun, dans lequel chaque frémissements s’impacte.

RYTHME 21 : TROIS COMPOSANTS (2+1) / DEUX MUSICIENS ET UNE DANSEUSE.

A l’image du film muet « Rythme 21 » de Hans Richter, qui composait lui-même en conjuguant le mouvement et le temps dans une partition cinématographique, nous avons souhaité confronter nos modes d’écritures, à l’intérieur d’un instrument commun, une lutherie numérique en fabrication.

Celle-ci est composée :
De dispositifs de captations de gestes et de positions :
– L’une à travers la captation frontale réduite au squelette productrice de la parition sonore en temps reel. Le corps dansant devient une tête de lecture avec plusieurs modes de composition à expérimenter et développer pour élaborer une partition musicale et dansée complètement interactives.
– L’autre à travers une captation du dessus où le corps est vu comme une forme sur un plan et peut manipuler des objets projetés sur le sol soumis à des modèles physiques.

D’un espace de projections (musical visuel chorégraphique) :

– L’espace scénique pressenti est un rectangle blanc, un de ses côtés est reservé à la présence des musiciens, les trois autres sont réserves au public (espace trifrontal).

D’un système multiphonique élaboré, autour de deux ordinateurs qui scrutent la danse de deux manières différentes.

 

 

 

MMF-Fantastick

MMF-Fantastick : Max Multitouch Framework for Fantastick on iPad, iPhone & iPod-touch

I’m happy to share this « framework » for Max & Fantastick.
(Fantastick is a free app for iPad, iPhone & iPod-touch : http://pinktwins.com/fantastick/ )

MMF-Fantastick is an extension of MMF (Max Multitouch Framework) : a set of abstractions to control max user interface directly within a multitouch screen.

MMF-Fantastick will draw on your iDevice (in Fantastick) a copy of all UI objects of your Max patch, and let you control them directly from the multitouch screen of your device.
It’s really easy to configure, fast, bi-directionnal.. and free !

have a look at this video :

– first, install and configure Fantastick on your iPad (http://pinktwins.com/fantastick/ )
(test it with the maxhelp patch)
– download & install MMF-Fantastick from http://code.google.com/p/mmf/downloads/list
(copy it anywhere in your max search path)
– open MMF-Fantastick_template.maxpat

(Fantastick works much better with an ad-hoc WIFI network, without WEP encryption)

Tiktaalik

Tiktaalik, premier texte théâtral d’Anne Calife, romancière vivant en Lorraine, propose à travers un univers oscillant entre rêve et réalité, une refléxion sur le réchauffement de la planète et ses conséquences.
Chris, l’exploratrice, doit retrouver le fossile du Tiktaalik, ce fameux chaînon manquant qui aurait permis la transition entre poissons et reptiles. Sur sa carte figure tous les animaux réels et imaginaires. Chris débarque au Groenland et découvre Inuite. Pour se comprendre, il leur faudra recourir à un autre moyen de communication, celui de la danse. Mais peu à peu la température se réchauffe….
Spectacle onirique, entre rêve et réalité, Tiktaalik nous fait partager d’autres formes de dialogue où Inuite danse, virevolte, tourbillonne autour de Chris créant un maillage dans lequel viennent s’inscrire les mots. Un échange texte-danse, texte-sons, texte-rêve…


texte de Anne Calife mise en scène Marie-Noëlle Brun, Cie Vents d’Est avec Cynthia Phung-Ngoc (Inuite) Sylvie Amato (Chris) création sonore, traitement du son en temps réel, spatialisation Mathieu Chamagne scénographie Thierry Devaux création lumière Olivier Irthum costumes Cathy Roulle crédit photo Patrick Wagnon

Tiktaalik (extrait)

extrait de Tiktaalik (théâtre / danse)

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.