Le poème de la rupture

Spectacle interactif

Le Poème de la fin est un long poème de rupture écrit par Marina Tsvétaïeva entre le 1er février et le 08 juin 1924. Le héros en est Konstantin Rodzevitch, jeune officier russe qui était aussi l’ami de son mari, dont elle s’éprend d’un amour fou à l’automne 1923, mais qui la décevra en quelques semaines. Leur rupture intervient fin décembre 1923. Sur le plateau, face à face, un corps vocal et un corps dansant en dialogue avec la figure masculine incarnée par le dispositif sonore. Les mots de Tsvétaïeva vacillent entre français et russe. Le public entoure cet espace quadriphonique où le jeu est en permanence sur le fil… Une instabilité qui provoque une tension basée sur l’écoute, à l’image de cette ultime promenade de l’homme et de la femme dans la nuit urbaine.

texte Marina Tsvétaïeva (Le Poème de la fin) / danse Aurore Gruel / voix Marie-Noëlle Brun / création et spatialisation sonores Mathieu Chamagne / lumière Olivier Irthum

production Cie Vents d’Est
coproduction CCAM-scène nationale de Vandœuvre, Cie Ormone
avec le soutien du Conseil Régional de Lorraine, Conseil Général de Meurthe et Moselle

création au CCAM-scène nationale de Vandœuvre en novembre 2011

dossier de presse

»crosslinked«

Tiktaalik

Tiktaalik, premier texte théâtral d’Anne Calife, romancière vivant en Lorraine, propose à travers un univers oscillant entre rêve et réalité, une refléxion sur le réchauffement de la planète et ses conséquences.
Chris, l’exploratrice, doit retrouver le fossile du Tiktaalik, ce fameux chaînon manquant qui aurait permis la transition entre poissons et reptiles. Sur sa carte figure tous les animaux réels et imaginaires. Chris débarque au Groenland et découvre Inuite. Pour se comprendre, il leur faudra recourir à un autre moyen de communication, celui de la danse. Mais peu à peu la température se réchauffe….
Spectacle onirique, entre rêve et réalité, Tiktaalik nous fait partager d’autres formes de dialogue où Inuite danse, virevolte, tourbillonne autour de Chris créant un maillage dans lequel viennent s’inscrire les mots. Un échange texte-danse, texte-sons, texte-rêve…


texte de Anne Calife mise en scène Marie-Noëlle Brun, Cie Vents d’Est avec Cynthia Phung-Ngoc (Inuite) Sylvie Amato (Chris) création sonore, traitement du son en temps réel, spatialisation Mathieu Chamagne scénographie Thierry Devaux création lumière Olivier Irthum costumes Cathy Roulle crédit photo Patrick Wagnon

Double Box

« Double Box » 

d’après « Paroles de détenus » (Jean-Pierre Gueno)
Mise en scène de Danièle Gabou et Alain Casari (cie sans sommeil) 
Musique : Mathieu Chamagne 

Qu’est-ce que l’enfermement ? Une angoisse intime, un sentiment universel. Observons l’individu en captivité, afin d’être à l’écoute de ses manques, de ses peurs, de ses luttes. Regardons son corps bouger, dire, vivre dans l’enfermement. Attardons-nous sur ses cris et ses silences pour en extraire la liberté.