Fenêtre augmentée

Observatoire sensible  – installation interactive et curatoriat – Thierry Fournier

(Développement informatique fenêtre interactive : Mathieu Chamagne)

Fenêtre augmentée est présenté en avant-première dans le cadre du festival Futur en Seine, du 17 au 26 juin 2011. Il sera exposé au Centre Pompidou, en haut des escalators, au sixième étage, la Fenêtre pointant vers le quartier des Halles.

Fenêtre augmentée est un « observatoire sensible » : une exposition qui prend un paysage à la fois pour sujet et pour support. Quinze artistes et auteurs ont été invités à proposer une œuvre ou une intervention sur le paysage du quartier des Halles à Paris. Leurs contributions sont géolocalisées et consultées sur une fenêtre tactile orientée sur ce paysage, dont elle retransmet la vidéo en direct.

Artistes et auteurs : Céline Flécheux (philosophe), David Beytelmann (historien politique et philosophe), Pierre Carniaux (réalisateur), Benjamin Laurent Aman, Ivan Argote, Marie-Julie Bourgeois, Juliette Fontaine, Thierry Fournier, Marie Husson, Tomek Jarolim, Felicia Atkinson, Jean-François Robardet, Marcos Serrano, Antoine Schmitt (artistes plasticiens), Christelle Bakhache et Clément Feger (étudiants-chercheurs Sciences Po Medialab).  Commissariat d’exposition : Thierry Fournier avec Grégory Diguet et Jean-François Robardet.
Développement informatique fenêtre interactive : Mathieu Chamagne

Les 140 œuvres et contributions créées ont toutes pour point de départ le paysage lui-même ou les modalités de son observation : immersion, mise à distance, surveillance, etc. Les auteurs les ont postées en se déplaçant dans le quartier (avec une application Iphone créée pour le projet) ou par internet (via un site dédié). Géolocalisées, elles se superposent alors au paysage vu à travers la fenêtre :

Cette « fenêtre » est un écran tactile muni sur sa partie arrière d’une caméra qui filme le paysage en direct. En zoomant et en se déplaçant par le toucher dans la vidéo du paysage, le spectateur découvre progressivement les contributions des auteurs. Le choix d’un cadrage fixe et vertical, ainsi que le minimalisme de l’interface favorisent une découverte dans la profondeur, à travers une expérience sensible.

Fenêtre augmentée propose ainsi une représentation collective et prospective d’un paysage : des approches habituellement dissociées (art contemporain, sciences humaines, géographie) y sont déployées dans une perspective commune. La « réalité augmentée » n’est pas utilisée ici dans un sens informatif ou immersif, mais comme espace d’exposition et de coexistence de différents points de vue.

Une deuxième édition permanente est programmée en Région Languedoc-Roussillon, pour 2012.

Artistes et auteurs : œuvres et interventions

– Benjamin Laurent Aman : Football Season is Over, 2011
– Ivan Argote : Sans titre, 2010 (réédition) / Jobs, 2011
– Felicia Atkinson : Ardents Abris, 2011
– Christelle Bakhache et Clément Feger : Flux, prix et surveillance, 2011
– David Beytelmann : Interview, 2011
– Marie-Julie Bourgeois : Points chauds, 2011
– Pierre Carniaux : Vous êtes ici, 2011
– Céline Flécheux : Fenêtre et horizon (interview péripatéticienne), 2011
– Juliette Fontaine : Les Invisibles / J’ai rêvé la nuit verte / Nuages flottants, 2011
– Thierry Fournier : Panopticons / Fictionnalismes, 2011
– Marie Husson, Vertigo, 2011
– Tomek Jarolim, Monochromes, 2011
– Jean-François Robardet : The Belly Dancer, 2011
– Marcos Serrano, Direction home, 2011
– Antoine Schmitt, No-control Tower, 2011

Les biographies et sites des artistes sont accessibles sur le site du projet : www.fenetre-augmentee.net

Projet co-produit par la Région Ile de France & Cap Digital (lauréat appel à projets « Futur en Seine ») et par la Région Languedoc – Roussillon (lauréat appel à projet « Culture et TIC », qui donnera lieu à la création en 2012 d’une édition permanente de Fenêtre augmentée dans un site rural de montagne). Avec le concours du Medialab Sciences Po. Prototype co-développé dans le cadre de EnsadLab – Programme Drii – axe Surfaces Sensibles, École nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris.

En lien avec : HotspotA+L’Ombre d’un douteConférences du dehors, la revue Pandore Pandore – Voir également la page Crédits.

»crosslinked«

RYTHME 21 #1 : résidence à Césaré

résidence à Césaré – Centre National de Création – à Reims, du 6 au 11 juin 2011.

Hervé BiroliniMathieu ChamagneAurore Gruel

Dans cette première étape de travail à Césaré, nous avons expérimenté principalement le mouvement comme donnée commune à la musique et à la danse. L’impulsion première nous est venu des différent modes d’interactions que nous avons pu expérimenter dans nos pratiques respectives.  A l’image du film muet « Rythmus 21 » de Hans Richter, qui composait lui-même en conjuguant le mouvement et le temps dans une partition cinématographique, nous avons souhaité confronter nos modes d ‘écritures, formant ainsi une partition de gestes et de sons. Lors de cette semaine de travail, s’élabore un espace commun, dans lequel chaque frémissements s’impacte.

RYTHME 21 : TROIS COMPOSANTS (2+1) / DEUX MUSICIENS ET UNE DANSEUSE.

A l’image du film muet « Rythme 21 » de Hans Richter, qui composait lui-même en conjuguant le mouvement et le temps dans une partition cinématographique, nous avons souhaité confronter nos modes d’écritures, à l’intérieur d’un instrument commun, une lutherie numérique en fabrication.

Celle-ci est composée :
De dispositifs de captations de gestes et de positions :
– L’une à travers la captation frontale réduite au squelette productrice de la parition sonore en temps reel. Le corps dansant devient une tête de lecture avec plusieurs modes de composition à expérimenter et développer pour élaborer une partition musicale et dansée complètement interactives.
– L’autre à travers une captation du dessus où le corps est vu comme une forme sur un plan et peut manipuler des objets projetés sur le sol soumis à des modèles physiques.

D’un espace de projections (musical visuel chorégraphique) :

– L’espace scénique pressenti est un rectangle blanc, un de ses côtés est reservé à la présence des musiciens, les trois autres sont réserves au public (espace trifrontal).

D’un système multiphonique élaboré, autour de deux ordinateurs qui scrutent la danse de deux manières différentes.

 

 

 

Tiktaalik

Tiktaalik, premier texte théâtral d’Anne Calife, romancière vivant en Lorraine, propose à travers un univers oscillant entre rêve et réalité, une refléxion sur le réchauffement de la planète et ses conséquences.
Chris, l’exploratrice, doit retrouver le fossile du Tiktaalik, ce fameux chaînon manquant qui aurait permis la transition entre poissons et reptiles. Sur sa carte figure tous les animaux réels et imaginaires. Chris débarque au Groenland et découvre Inuite. Pour se comprendre, il leur faudra recourir à un autre moyen de communication, celui de la danse. Mais peu à peu la température se réchauffe….
Spectacle onirique, entre rêve et réalité, Tiktaalik nous fait partager d’autres formes de dialogue où Inuite danse, virevolte, tourbillonne autour de Chris créant un maillage dans lequel viennent s’inscrire les mots. Un échange texte-danse, texte-sons, texte-rêve…


texte de Anne Calife mise en scène Marie-Noëlle Brun, Cie Vents d’Est avec Cynthia Phung-Ngoc (Inuite) Sylvie Amato (Chris) création sonore, traitement du son en temps réel, spatialisation Mathieu Chamagne scénographie Thierry Devaux création lumière Olivier Irthum costumes Cathy Roulle crédit photo Patrick Wagnon

“Procédés interactifs multimédia appliqués au spectacle vivant” CCAM 2009 – Perfectionnement et réflexion artistique à partir de la pratique

“Procédés interactifs multimédia appliqués au spectacle vivant” CCAM 2009 – Perfectionnement et réflexion artistique à partir de la pratique `

Avec Mathieu Chamagne et Marie-Noelle Brun 

Durée :5 jours 

Dates :du 23 au 27 mars 09 de 10h à 12h et de 14h à 17h 

Lieu :CCAM ; Vandœuvre-lès-Nancy (54) 

Places : 12 

Frais pédagogiques : 100 € 

Délai d’inscription : au plus tard une semaine avant le 1er jour du stage 

En coproduction avec le CCAM – scène nationale de Vandoeuvre-les-Nancy 

Objectifs 
Approfondir différents outils mettant en œuvre des procédés interactifs permettant la manipulation de sons, de données et d’images en temps réel. 

Contenu 
Comment l’écriture d’un spectacle s’adapte aux technologies interactives d’aujourd’hui ? 
Ce stage consiste en une réflexion collective, à partir de supports concrets, permettant une exploration pluridisciplinaire dans l’espace et le temps.   
Il permettra d’approfondir l’utilisation des supports technologiques au service d’un projet artistique. 

Mise en pratique 
À l’aide d’outils modulaires interconnectables spécifiquement développés avec Max/msp/Jitter pour le traitement en temps réel des voix, des sons du plateau, des instruments, la manipulation de matériaux sonores enregistrés, l’utilisation de capteurs et interfaces de contrôle gestuel, la captation vidéo… 

Comment ces outils permettent de lier différentes disciplines : 
Interactions entre geste, image et son. Adaptation de ces techniques  aux besoins du spectacle vivant ou d’une installation, à travers : 
– la construction d’un langage où le son et l’image sont en réelle interaction, où les mots deviennent sons, où les gestes se transforment en générateurs de sons… 
– la mise en espace des corps, des voix, des sons, la profondeur de champ visuelle et sonore… 
– l’approche de la spatialisation du son au service d’un projet scénique 
– la réflexion sur le dispositif de diffusion et la réception du public 

Pré-requis 
Personnes qui ont déjà une pratique sur les procédés interactifs multimédia. 

Public 
Tout public souhaitant approfondir cette exploration croisée : metteurs en scène, comédiens, musiciens, chanteurs, danseurs, marionnettistes, plasticiens…

 

inscriptions sur le site de Musique & danse en Lorraine

télécharger PDF : Procédés interactifs multimédia et leur application au spectacle vivant – perfectionnement et réflexion artistique à partir de la pratique

“Procédés interactifs multimédia appliqués au spectacle vivant” CCAM 2009 – initiation

stage de 3 jours ; Introduction à Max/msp/Jitter avec Mathieu Chamagne

dates : du vendredi 30 janvier au dimanche 1er février 09, de 10h à 12h et de 14h à 17h 
lieu : CCAM – Vandœuvre-lès-Nancy (54) 
places : 12 
participation : stagiaire 60 €  
Délai d’inscription :au plus tard une semaine avant le 1er jour du stage  

En coproduction avec le CCAM – scène nationale de Vandoeuvre-les-Nancy 

Objectifs :
Mettre en pratique différents outils mettant en œuvre des procédés interactifs ayant trait à la manipulation en temps réel de sons, de données et d’images. Avec Mathieu Chamagne

Contenu :
Pourquoi et comment développer ses propres outils ? 
Quel que soit le contexte (composition, installation, spectacle vivant,…)  le désir d’utiliser et de manipuler en temps réel des matériaux sonores ou visuels interactifs implique souvent le développement d’outils spécifiques, d’où le choix de l’environnement Max/msp/Jitter : un outil de programmation accessible à tous, extrêmement flexible, modulaire, adaptable à toutes les situations et bénéficiant du soutien d’une large communauté d’utilisateurs à travers le monde, dans tous les domaines artistiques. 

Introduction à Max/msp/Jitter : possibilités, démonstrations, initiation aux techniques de base de programmation. 

Mise en pratique 
À l’aide d’outils modulaires interconnectables spécifiquement développés avec Max/msp/Jitter, il est proposé d’expérimenter et de mettre en pratique concrètement, rapidement et simplement, l’utilisation de ces outils dans divers contextes (captation vidéo, traitement en temps réel de voix, d’instruments, manipulation de matériaux sonores enregistrés, utilisation de capteurs et interfaces de contrôle gestuel). 
Comment ces outils permettent de lier différentes disciplines artistiques ? 
Interaction entre geste, image et son. 
Adaptation de ces techniques aux besoins d’un spectacle vivant (musique, théâtre, danse…) d’une installation ou d’un travail en studio. 

Pré-requis 
Il est préférable que le stagiaire soit familier à l’utilisation de l’outil informatique. 
Aucune connaissance en programmation n’est requise. 

Public 
Tout public intéressé par cette exploration croisée : metteurs en scène, comédiens, musiciens, chanteurs, danseurs, marionnettistes, plasticiens…

inscriptions sur le site de Musique & danse en Lorraine

télécharger PDF : Procédés interactifs multimédia appliqués au spectacle vivant – initiation